ALERTE: L’ARS veut en finir avec la démocratie sanitaire pour mieux restreindre l’offre de soins

A l’occasion de l’adoption des Projets Médicaux Partagés des GHT (groupements hospitaliers de territoire), les ARS ont consigne d’introduire au travers d’un règlement intérieur des clauses de confidentialité inadmissibles.
Si tel est le cas, entre autre

– …
– les rapports et documents adressés aux membres, préalablement ou durant les instances du Groupement Hospitalier de Territoire «Vosges» sont confidentiels
– les débats, ainsi que les comptes-rendus qui en rapportent les termes sont également
confidentiels.
-…

Si tel est le cas, cela veut dire:

  • que les représentants des salariés dans les comités techniques d’établissement sont muselés et ne pourront plus informer sur les coupes sombres que l’ARS veut faire,
  • que les médecins qui siègent en Commission Médical d’Etablissement ne pourront plus alerter et mobiliser contre les inégalités d’accès aux soins.
  • que les maires, les conseillers municipaux qui siègent dans les Conseils de Surveillance alors qu’ils sont les derniers porte-voix des besoins des populations dans le système actuel seront bâillonnés.

La démocratie sanitaire est déjà très formelle à ce jour !

Plutôt que de l’améliorer pour régler les graves fractures de notre société, ce sont l’autoritarisme et les logiques de management et de rentabilité qui s’imposent.

Nous en appelons a toutes les organisations syndicales, à tous les médecins, à tous les maires, notamment ceux qui président les conseils de surveillance et à tous les démocrates pour qu’ils rejettent tout projet de règlement intérieur allant dans ce sens lors des réunions des instances des hôpitaux du GHT 88, toutes convoquées curieusement cette semaine.

La mobilisation citoyenne, celle des élus, des professionnels de santé et des medias a empêché jusqu’à ce jour la fermeture de la maternité et le démantèlement de l’hôpital de Remiremont. Il appartient aux élus notamment ceux des conseils de surveillance de rejeter ces règles de confidentialité qui portent un coup définitif à la démocratie sanitaire.

Remiremont le 25 juin 2017

Pour ADEMAT

Le Président, Jean PIERREL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *